Twilight New-moon Eclipse Breaking Dawn

Voici un forum où on parle de cette fantastique saga de Stephenie Meyer
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Outtake 9

Aller en bas 
AuteurMessage
Aloo
Membre des Cullens


Messages : 1581
Date d'inscription : 10/08/2008
Age : 27
Localisation : Belgique

Outtake 9 Empty
MessageSujet: Outtake 9   Outtake 9 Icon_minitimeMar 16 Fév - 12:38

Voici l'outtake 9 Smile
J'ai mis pas mal de temps avant de le poster - il m'est un peu sorti de la tête :p
Mais le voilà !
Enjoy Smile

Histoire drôle - j’ai en fait écrit cette scène comme une blague pratique. J’avais lu sur le site de Twilight Fanfiction le concours «Fais une balade dans mes chaussures», et j’ai signalé à Alphie (une célébrité du Lexicon) que je pourrais peut-être présenter quelque chose, juste pour rire. Elle m’a dit que ça ne marcherait jamais, Pelirroja repérerait mon inscription en une seconde. J’ai parié que Pel ne m’attraperait pas ,et Alphie a parié qu’elle le ferait. J’ai donc écrit ce petit texte de New Moon du point de vue de Rosalie (c’était une expérience assez intéressante d’être dans la tête de Rosalie !) et je l’ai envoyé, ricanant pour moi-même. A la fin, la plaisanterie m’a rattrapée. Mon inscription s’est perdue dans le cyber-espace et Pel ne l’a jamais vue. Donc je pense qu’Alphie et Moi ne serons jamais départagées... à moins que Twilight Fanfiction fasse un autre concours...

Voici ma blague ratée, l’appel au téléphone entre Alice et Rosalie au chapitre 18 de New Moon :


Mauvais calcul

Un faible son - pas ici, quelques centaines de yards au nord - me fit bondir. Ma main se serra automatiquement autour du téléphone, refermant le clapet brusquement et le cachant dans un même mouvement.
J’envoyai mes cheveux par-dessus mon épaule, glissant un coup d’oeil vers la forêt à travers la grande vitre. La journée était sombre et couverte ; mon propre reflet était plus brillant que les arbres et les nuages. Je fixai mes larges yeux étonnés, mes lèvres aux coins retombant vers le bas, le petit pli vertical entre mes sourcils...
Je fis la grimace, effaçant l’expression de culpabilité par le dédain. Dédain attirant. Avec indifférence, je remarquai à quel point l’expression de férocité allait avec mon visage, contrastant joliment avec l’or bienveillant de mes lourdes boucles. Au même moment, mes yeux scannèrent la forêt vide de l’Alaska, et je fus soulagée de voir que j’étais encore seule. Le bruit n’était peut-être rien - un oiseau ou la brise.
Il n’y avait pas besoin d’être soulagée, me dis-je. Pas besoin de me sentir coupable. Je n’avais rien fait de mal.
Les autres avaient-ils prévu de ne jamais dire la vérité à Edward ? De le laisser se complaire pour toujours dans sa colère dans ce taudis désagréable, tandis qu’Esmé était peinée et que Carlisle essayait d’anticiper chacune de ses décisions et que la joie de vivre naturelle d’Emmett disparaissait avec la solitude ? A quel point était-ce équitable ? De plus, il n’y avait pas moyen de cacher un secret à Edward très longtemps. Tôt ou tard il nous aurait découverts, venu voir Alice ou Carlisle pour l’une ou l’autre raison, et ensuite il aurait découvert la vérité. Nous remercierait-il pour lui avoir menti par notre silence ? A peine. Edward a toujours voulu tout savoir ; il vivait pour cette sensation d’omniscience. Il piquerait une colère énorme, et elle serait seulement exacerbée par le fait que nous lui aurions caché la mort de Bella.
Quand il sera calmé et qu’il sera passé au-dessus de ça, il me remerciera probablement pour avoir été la seule assez brave à être honnête envers lui.
Plusieurs miles plus loin, un faucon cria ; le son me fit sursauter et vérifier à nouveau à la fenêtre. La même expression de culpabilité qu’avant était sur mon visage, et je me lançai un regard furieux dans la glace.
Bien, donc j’avais mon propre programme. Etait-ce une si mauvaise chose de vouloir que ma famille soit à nouveau ensemble ? Etait-ce si égoïste que la paix quotidienne, la joie sous-jacente que j’avais considérée comme allant de soi, la joie qu’Edward semblait avoir prise avec lui dans sa fuite, me manquât ?
Je voulais juste que les choses redeviennent comme avant. Etait-ce mal ? Ca ne semblait pas si horrible. Après tout, je n’avais pas fait cela pour moi seule, mais pour tout le monde. Esmé et Carlisle et Emmett.
Pas tellement pour Alice, bien que je l’aurais supposé... Mais Alice était si sûre que les choses se résoudraient à la fin - qu’Edward serait incapable de rester loin de sa petite amie humaine - qu’elle ne s’était pas ennuyée avec le chagrin. Alice avait toujours fonctionné dans un monde différent de celui du reste d’entre nous, emmurée dans sa réalité changeante. Comme Edward était le seul qui pouvait participer à cette réalité, j’aurais pensé que son absence aurait été plus dure pour elle. Mais elle était sûre d’elle-même comme toujours, vivant en avant, son esprit dans un temps que son corps n’avait pas encore atteint. Toujours si calme.
Elle avait été assez affolée quand elle avait vu Bella sauter, pourtant...
Avais-je été trop impatiente ? Agi trop tôt ?
Je pouvais aussi bien être honnête avec moi-même, parce qu’Edward verrait la moindre mesquinerie dans ma décision dès qu’il serait à la maison. Je pouvais aussi bien reconnaître mes mauvaises motivations, les accepter maintenant.
Oui, j’étais jalouse de la manière dont Alice pensait à Bella. Alice se serait-elle précipitée si imprudemment, si folle de panique, si ça avait été moi qui avais sauté d’une falaise ? Aimait-elle cette humaine banale tellement plus que moi ?
Mais cette jalousie était peu de choses. Ca avait pu accélérer ma décision, mais ça ne l’avait pas contrôlée. J’aurais de toute façon appelé Edward. J’étais sûre qu’il préférait mon honnêteté directe à la tromperie amicale des autres. Leur gentillesse était vouée à l’échec dès le début ; Edward serait finalement revenu à la maison.
Et maintenant il va revenir à la maison plus tôt.
Ce n’était pas seulement le bonheur de ma famille qui me manquait.
Honnêtement, Edward me manquait aussi. Ses petites remarques coupantes, son esprit noir qui était plus en harmonie avec mon propre humour noir que la nature joyeuse et blagueuse d’Emmett, me manquaient. La musique - sa stéréo braillant sa dernière découverte rock, et le piano, la façon dont Edward faisait transparaître ses arrière-pensées dans la chanson - me manquait. Lui fredonnant dans le garage derrière moi tandis que nous faisions du tuning sur les voitures, le seul moment où nous étions parfaitement synchro, me manquait.
Mon frère me manquait. Evidemment qu’il n’allait pas me juger trop sévèrement quand il verrait cela dans mes pensées.
Ce serait inconfortable pendant un moment, je le savais. Mais plus tôt il reviendrait à la maison, plus tôt les choses reviendraient à la normale...
Je cherchai de la tristesse pour Bella dans mon esprit, et je fus heureuse de découvrir que je pleurais la fille. Un peu. Pour une chose, au moins : elle avait rendu Edward heureux comme je ne l’avais jamais vu avant. Bien sûr, elle l’avait aussi rendu plus malheureux que jamais pendant le siècle de sa vie. Mais la paix qu’elle lui avait donné pendant ces quelques courts mois me manquerait. Je pouvais sincèrement regretter sa perte.
Cette prise de conscience me fit me sentir mieux à mon sujet, contente de moi. Je souris à mon visage dans la glace, le châssis contre mes cheveux d’or et les murs de cèdre rouge du long salon cosy de Tanya, et profitai de la vue. Quand je souriais, il n’y avait aucune femme ou homme sur cette planète, mortel ou immortel, qui pouvait rivaliser avec ma beauté. C’était une pensée réconfortante. Peut-être n’étais-je pas la personne la plus facile à vivre. Peut-être étais-je superficielle et égoïste. Peut-être aurais-je développé un meilleur caractère si j’étais née avec un visage quelconque et un corps sans intérêt. Peut-être aurais-je été plus heureuse comme ça. Mais c’était impossible à prouver. J’avais ma beauté ; c’était une chose sur laquelle je pouvais compter.
Je souris plus largement.
Le téléphone sonna et je serrai automatiquement la main, bien que le son vînt de la cuisine, pas de mon poing.
Je sus tout de suite que c’était Edward. Téléphonant pour vérifier l’information que j’avais donnée. Il ne me croyait pas. Il me pensait assez cruelle pour faire une blague avec ça, apparemment. Je me renfrognai tandis que je volais vers la cuisine pour répondre au téléphone de Tanya.
Le téléphone était sur le côté le plus éloigné du long comptoir. Je l’attrapai avant que la première sonnerie n’ait fini, et me tournai vers les baies vitrées tandis que je répondais. Je ne voulais pas l’admettre, mais je savais que je regardais dehors le retour d’Emmett et de Jasper. Je ne voulais pas qu’ils m’entendent parler à Edward. Ils seraient furieux...
-Oui ? demandai-je.
-Rose, j’ai besoin de parler à Carlisle maintenant, dit Alice d’un ton sec.
-Oh, Alice ! Carlisle chasse. Que... ?
-Bien, dès qu’il sera de retour.
-Que se passe-t-il ? Je le traquerai et je le forcerai à te téléphoner...
-Non, m’interrompit à nouveau Alice. Je serai dans l’avion. Dis, as-tu entendu quelque chose venant d’Edward ?
C’était curieux comme mon estomac se tordait, semblant tomber plus bas dans mon abdomen. Cette sensation amena avec elle un étrange sentiment de déjà-vu, une vague allusion à un souvenir humain perdu depuis longtemps. La nausée...
-Eh bien, oui, Alice. En fait. J’ai parlé à Edward. Il y a seulement quelques minutes.
Pendant une brève seconde je jouai avec l’idée de prétendre qu’Edward m’avait appelée, juste une coïncidence. Mais bien sûr, ça ne servait à rien de mentir. Edward allait me donner suffisamment d’ennuis quand il reviendrait.
Mon estomac continua de se serrer étrangement, mais je l’ignorai. Je décidai d’être en colère. Alice n’avait pas à me parler comme ça. Edward ne voulait pas de mensonges ; il voulait la vérité. Il me soutiendrait quand il serait de retour à la maison.
-Toi et Carlisle aviez tort, dis-je. Edward n’apprécierait pas qu’on lui mente. Il voudrait la vérité. Il l’a voulu. Donc je la lui ai donnée. Je l’ai appelé... Je l’ai beaucoup appelé, admis-je. Jusqu’à ce qu’il décroche. Un message aurait été... déplacé.
-Pourquoi ? s’étrangla Alice. Pourquoi aurais-tu fait ça, Rosalie ?
-Parce que plus tôt il passera au-dessus de ça, plus tôt les choses reviendront à la normale. Ca n’aurait pas été plus facile avec le temps, donc pourquoi le retarder ? Le temps n’allait rien changer. Bella est morte. Edward va avoir de la peine et après il la surmontera. C’est mieux qu’il commence maintenant que plus tard.
-Eh bien, tu avais tort sur les deux plans, Rosalie, donc ça va être un problème, tu ne penses pas ? demanda Alice d’un ton féroce et brutal.
Tort sur les deux plans ? Je clignai des yeux rapidement, essayant de comprendre.
-Bella est toujours en vie ? murmurai-je, ne croyant pas ses mots. Juste essayant de découvrir à quels plans Alice faisait référence.
-Oui, c’est juste. Elle va absolument bien...
-Bien ? Tu l’as vue sauter d’une falaise !
-J’avais tort.
Les mots sonnèrent étrangement dans la voix d’Alice. Alice, qui n’avait jamais tort, qui n’était jamais prise par surprise...
-Comment ? chuchotai-je.
-C’est une longue histoire.
Alice avait tort. Bella était en vie. Et j’avais dit...
-Eh bien, tu t’es mise dans un sacré pétrin, grognai-je, transformant mon chagrin en accusation. Edward va être furieux quand il reviendra à la maison.
-Mais tu as tort sur ça aussi, dit Alice. Je pouvais dire qu’elle parlait entre ses dents. C’est pourquoi je t’appelle...
-Tort à quel sujet ? Edward revenant à la maison? Bien sûr qu’il va le faire. Je ris d’une façon moqueuse. Quoi ? Tu penses qu’il va faire comme Roméo ? Ha ! Comme un stupide, romantique...
-Oui, siffla Alice, sa voix comme de la glace. C’est exactement ce que j’ai vu.
La dure conviction de ses mots me fit sentir mes genoux comme bizarrement flageolants. Je m’accrochai à la poutre du mur de cèdre comme support - support dont mon corps dur comme du diamant ne pouvait pas avoir besoin.
-Non. Il n’est pas si stupide. Il - Il doit réaliser que...
Mais je ne pus finir ma phrase, parce que je pouvais le voir dans ma tête, ma propre vision. Ue vision de moi. Une vision impensable de ma vie si d’une manière ou d’une autre Emmett cessait d’être. Je frémis devant l’horreur de cette idée.
Non - il n’y avait pas de comparaison. Bella était juste une humaine. Edward ne voulait pas qu’elle soit immortelle, donc ce n’était pas la même chose. Edward ne pouvait pas ressentir la même chose !
-Je - je ne l’entendais pas comme ça ! Je voulais juste qu’il revienne à la maison ! Ma voix était presque un hurlement.
-C’est un peu tard pour ça, Rose, dit Alice, plus dure et plus froide qu’avant. Garde tes remords pour quelqu’un qui les croira.
Il y eut un clic, et ensuite une tonalité.
-Non, murmurai-je. Je secouai lentement ma tête pendant un moment. Edward allait revenir.
Je fixai mon visage dans la vitre de la baie vitrée, mais je ne pouvais plus le voir. C’était juste une tâche informe de blanc et d’or.
Ensuite, à travers la tâche, loin dans les bois distants, un arbre énorme trembla irrégulièrement, pas avec le reste de la forêt. Emmett.
Je tirai brusquement la porte. Elle cogna violemment contre le mur, mais le son était loin derrière moi tandis que je filais à travers la pelouse.
Emmett ! criai-je. Emmett, à l’aide !


© 2006 Stephenie Meyer
Revenir en haut Aller en bas
mzellange
Membre des Cullens
mzellange

Messages : 883
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 37

Outtake 9 Empty
MessageSujet: Re: Outtake 9   Outtake 9 Icon_minitimeLun 22 Fév - 0:31

wouo! ben dis donc! ça nous replonge bien loin tout ça!!!!!!!

Merci, ça... ben dis donc... fiou!
Sans voix, pas mieux, désolée ^^

_________________
sérieux, tu viens vraiment de taper du pied par terre? Je croyais que les filles ne faisaient ça qu'à la télé.
(Jake)
Outtake 9 Img-114224vvfxd
Revenir en haut Aller en bas
Aloo
Membre des Cullens


Messages : 1581
Date d'inscription : 10/08/2008
Age : 27
Localisation : Belgique

Outtake 9 Empty
MessageSujet: Re: Outtake 9   Outtake 9 Icon_minitimeLun 22 Fév - 19:47

Eh oui, au temps de Tentation Smile
C'était le tout dernier outtake Sad
Et apparemment, il n'y en a ni pour Eclipse, ni pour Breaking Dawn, ni pour The Host, donc voilà
Ici s'achève ma carrière (hum hum^^) de traductrice Wink
J'espère que ça vous a plu ! J'ai trouvé ça chouette de pouvoir lire des petits bouts non publiés, c'était sympa de la part de Stephenie Meyer de les mettre sur son site Smile
Revenir en haut Aller en bas
mzellange
Membre des Cullens
mzellange

Messages : 883
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 37

Outtake 9 Empty
MessageSujet: Re: Outtake 9   Outtake 9 Icon_minitimeVen 26 Fév - 1:17

ouais, trop sympa ste femme! Smile

_________________
sérieux, tu viens vraiment de taper du pied par terre? Je croyais que les filles ne faisaient ça qu'à la télé.
(Jake)
Outtake 9 Img-114224vvfxd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Outtake 9 Empty
MessageSujet: Re: Outtake 9   Outtake 9 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Outtake 9
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight New-moon Eclipse Breaking Dawn :: Tentation/New-Moon :: Par amour du danger-
Sauter vers: